Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : le blog velorutiontours
  • : le vélo : avenir de l'humanité actuellement en pleine expansion. le cycliste aventurier de la rue reprend sa place.la vélorution expression mensuelle de l'avenir de la rue...et en plus le il milite pour la qualité de son cadre de vie où toutes les atteintes néfastes sont dénoncées au profit d'une proposition de vivre ensemble de façon harmonieuse.
  • Contact

PROCHAINE VELORUTION 6 juin organisée par Roulement à bill (voir leur site)

Recherche

Archives

26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 14:02
http://www.vtconseil.fr/data/flux/pollution2.jpgUn capteur de pollution au rond-point d'Heurteloup mesure depuis un an un taux excessif de dioxyde d'azote (44 microgrammes en moyenne annuelle pour 42 seuil maxi autorisé en 2009 qui évoluera vers 40 seuil maxi autorisé en 2010).

Ce rond-point confirme bien son nom : rond-point de la mort (la pollution au dioxyde d'azote a des conséquences sanitaires graves). Ces taux hors-normes de dioxyde d'azote font de Tours certainement le centre-ville le plus pollué de France. Triste record.
A savoir qu'une étude anglaise a montré qu'une autoroute a des conséquences sanitaires à près d'1,5 kms.

La vélorution tourangelle ciblera donc ce capteur le samedi 3 avril en pleine semaine du développement durable. Que compte faire la mairie ou la préfecture pour que comme le dit la loi sur l'air, nous ayons accès à un air sans risque pour la santé à cet endroit ? Quand seront prises des dispositions pour que les habitants alentour (des milliers à St Pierre Des Corps et Tours-Est) ne subissent plus la pollution de l'autoroute tout prête ?

14h15 : rassemblement devant la mairie de Tours.
Puis départ vers le rond-point de la mort et possible décoration de ce
capteur.

Face à la pollution : la solution, c'est la vélorution !

Vélorution Tours a alerté plusieurs associations environnementales de la région de Tours, ainsi que les médias locaux, le service circulation de Tours et un membre du CVL-est.

Vélorution dénonce depuis un bon bout de temps cette autoroute urbaine (voir notre rubrique "l'A10, une erreur urbaine"). Les chiffres nous donnent maintenant raison.
Repost 0
Published by velorutiontours - dans L'A10: une erreur urbaine
commenter cet article
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 17:17
Remplacer le mot périph' du plaidoyer suivant et mettez autoroute A10 à la place. Vous obtenez les mêmes résultats de pollution et  de danger sanitaire:

Parce que le périphérique parisien, comme d’autres voies à la circulation intense (A1, A3, A86…) est une source importante de polluants atmosphériques néfastes à notre santé. Parce que nous sommes nombreux à vivre et à grandir près du périph : pas moins de 20 crèches, 10 écoles maternelles, 22 écoles élémentaires, 11 collèges, 13 lycées, 2 hopitaux, 27 stades et de nombreux logements, notamment HLM, sont situés entre les boulevards des maréchaux et le périph’. Parce que rien n’est définitif et que les choses peuvent changer si nous nous mobilisons ! Je vous propose de signer la pétition “Respire le périph’ ”

Le boulevard périphérique parisien pollue à 150 mètres à la ronde et jusqu’à 400 mètres dans le cas d’un échangeur, comme celui de la porte de Bagnolet, c’est ce que décrit une étude d’impact réalisée par Airparif, l’organisme de surveillance de la qualité de l’air en Ile-de-France (1). Votre établissement est concerné : ses usagers et les personnes qui y travaillent aussi.

Les personnes qui vivent, travaillent ou font du sport à moins de 150m de part et d’autre de cette autoroute urbaine sont exposées à un niveau de pollution 3 fois supérieur au reste de la population. Les concentration en benzène s’estompent pour retrouver la teneur moyenne au bout de quelques mètres, les teneurs de dioxydes d’azotes ont une zone d’influence plus grande (environ 200 mètres), pour les particules fines, il faut s’éloigner de 100 mètres du périphérique pour atteindre le niveau moyen de pollution.. (0)

A l’heure actuelle, de nombreuses études épidémiologiques mettent en évidence les liens entre pollution de l’air extérieur et les effets sanitaires à court terme qui se manifestent quelques jours ou quelques heures après l’exposition : irritations, toux, bronchites, augmentation de l’incidence des crises d’asthme, pathologies cardio-vasculaires. Les effets à long terme de la pollution atmosphérique sont moins connus, mais les études disponibles mettent en évidence des augmentations du risque de développer un cancer du poumon ou une maladie cardio-pulmonaire à la suite d’une exposition à long terme à la pollution atmosphérique. Plusieurs études démontrent que les gens vivant le long d’artères très fréquentées sont plus exposés à certains polluants liés au transport : une étude hollandaise démontre un excès de mortalité cardiorespiratoire ; une étude montréalaise révèle un risque accru d’hospitalisation pour maladies respiratoires chez les personnes âgées de 60 ans et plus. (2)

Le transport routier apparaît comme le secteur prépondérant dans les émissions en Ile de France de monoxyde de carbone (CO, 77 % du total), d’oxydes d’azote (NOx, 52 % du total) et de particules fines (PM10, 36 % du total). Il intervient également en première position (33 %) pour les émissions de composés organiques volatils COV (Benzène et hydrocarbures précurseurs d’ozone), devant le secteur industriel (31%) et devant l’utilisation tertiaire et domestique de solvants (19%). Le coeur dense de l’agglomération parisienne, les trois départements de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint- Denis et Val-de-Marne) et Paris, sont les zones les plus exposées en Île-de-France, ainsi que les grands axes de circulation. (3)

Le dioxyde d’azotes est un gaz irritant qui altère la fonction pulmonaire et accroît la réactivité bronchique, les symptômes et les infections ; Le benzène est reconnu cancérigène pour l’homme. Il provoque des atteintes du système sanguin et altère la réponse immunitaire. Enfin, les particules fines sont mises en cause dans les atteintes de la peau et dans l’augmentation des réactions de stress. Elles peuvent irriter les yeux. Les particules fines pénètrent jusqu’au poumon profond où elles diminuent les performances ventilatoires et accroissent les symptômes respiratoires (toux). Elles augmentent la sensibilité aux allergènes. Les études épidémiologiques montrent un effet à long terme de l’exposition chronique aux particules sur la mortalité par maladies de l’appareil respiratoire et cardiovasculaires notamment. (3)

Le périphérique est donc une source importante de polluants atmosphériques néfastes à notre santé. AIRPARIF, la DRIRE, le plan régional de la qualité de l’Air, tous le disent :

* il faut éviter de laisser les enfants jouer à proximité des axes routiers,
* les personnes agées, les enfants, les malades sont sensibles car leur capacité respiratoire est faible
* les femmes enceintes transmettent une partie des polluants respirés à leurs enfants
* il faut éviter d’y faire du sport…

Or, nous sommes nombreux à vivre et à grandir près du périph : pas moins de 20 crèches, 10 écoles maternelles, 22 écoles élémentaires, 11 collèges, 13 lycées, 2 hôpitaux, 27 stades et de nombreux logements, notamment HLM, sont situés très près (moins de 300 mètres environ).

Parce que rien n’est définitif - savez vous que le périph’ n’est ouvert que depuis 1973 ? - et que les choses peuvent changer si nous nous mobilisons et que nous réclamons une meilleure qualité de vie à nos élus. Des solutions existent pourtant : réduction de la vitesse (et donc des émissions), voies réservées au covoiturage, incitation à l’utilisation des transports en communs (couplé à une amélioration de l’offre), éco-péage (tarifs modulés), végétalisation, couverture…

Les relations exposition-risque obtenues dans le cadre du programme ERPURS permettent de confirmer qu’il n’existe pas de seuil au-dessous duquel la pollution atmosphérique n’a pas d’effet sur la santé. En d’autres termes, toute réduction des niveaux de pollution est bénéfique pour la santé. (1)

C’est pourquoi je vous propose de vous mobiliser en signant une pétition à l’attention des élus (Paris, 92, 93, 94 et Région IDF). Parce que vous, et vos représentants, devez être conscients de la dangerosité de vivre à proximité d’une voie à circulation dense, il faut saisir vos élu(e)s, responsables de cette situation, afin qu’ils prennent la mesure des enjeux de santé publique et environnementaux et qu’ils agissent pour garantir aux habitants de l’agglomération parisienne et à leurs enfants un environnement plus sain.

Retrouvez de nombreuses informations fiables sur la pollution atmosphérique et la santé, signez la pétition sur le Blog : http://respireleperiph.over-blog.com et diffusez cette information, auprès de vos usagers (parents d’élèves, sportifs…) et de vos personnels.

Elodie TEXIER
Présidente de l’association RESPIRE LE PERIPH’ !
Contact : respireleperiph@yahoo.fr

Repost 0
Published by velorutiontours - dans L'A10: une erreur urbaine
commenter cet article
6 février 2008 3 06 /02 /février /2008 18:42
Merci à la vélorutionnaire Marie-Andrée qui a réussi après moultes prouesses informatiques sur un mac à récupérer le reportage que TV Tours a diffusé le 04 février dernier.
Ecoutez bien Soff qui nous explique que notre action a pour but de montrer qu'une autoroute en milieu urbain est une aberration, qu'une réflexion devrait s'engager autour du devenir de l'A10 et que tous les programmes électoraux nous proposent une ville magnifique mais que Vélorution attend de voir:




Nous étions déjà passé sur TvTours. C'était en Février 2007, pile un an:
Véloruton Tours crève l'écran (ou presque)
Repost 0
Published by velorutiontours - dans L'A10: une erreur urbaine
commenter cet article
5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 19:21
D'abord, un petit préambule sur notre action: Nous étions presque 70 (les médias locaux ont dit 50). Nous pouvons l'affirmer car avant le départ, nous avons distribués notre visuel à 54 exemplaires et tout le monde ne l'a pas pris. Donc, on peut facilement rajouter 10 vélorutionnaires de plus.

"Ah! si nous pouvions à chaque fois être aussi nombreux". C'est le souhait de Ludovic et d'un autre vélorutionnaire APNéiste rencontrés lundi soir.

Les médias ont fortement bien relayé nos idées. L'article de la NR tapait juste (lecture conseillée). De même, TvTours a diffusé lundi soir un reportage rapide mais clair et précis. Saloperie de logiciel de capture vidéo... il a buggé deux fois.... donc, pas d'images à vous montrer.

Avant notre vélorution "dénonciation des autoroutes urbaines en général et de l'A10 en particulier", en collaboration avec ActSounds (qui n'a malheureusement pas eu le relais médiatique que ce collectif aurait mérité) et en concertation avec Vélorution Paris et l'excellent site antivoitures, nous avons essuyé deux critiques. Soyez prêts, les vélorutionnaires, car si on nous les a sorties avant notre action, on nous les redira après.

Démontons donc ces deux critiques principales:

1. Dénoncer l'A10, c'est faire le jeu de l'A10bis.

FAUX. Dénoncer l'A10, c'est dénoncer les autoroutes urbaines. C'est lutter contre la pollution, le bruit, le tout-auto. C'est s'inscrire dans une démarche de protection de l'environnement car les autoroutes ont des conséquences très néfastes sur le plan sanitaire à 1,5 kms à la ronde selon une étude anglaise. Surfez sur ce blog pour vous en convaincre.
Dénoncer l'A10, c'est aussi penser ferroutage, tram-train, tramway, TER, grandes lignes SNCF, transports intelligents ou en commun donc... pas besoin d'A10bis dans ce schéma de pensée.
Et puis dénoncer l'A10, c'est préparer l'avenir car le pétrole aura une fin et les agro-carburants, pas plus que les hybrides n'ont réellement un avenir de masse.

D'ailleurs, la démarche vélorutionnaire se veut constructive: Ludovic, souvent présent à nos vélorutions et personne active au sein de l'Université pour Tous demande à ce que notre action se prolonge par l'évocation d'un café-débat qui aura lieu le 11 mars:
En effet, à 20h30 au centre social du Sanitas, aura lieu un débat avec Christian Calenge (géographe) sur le thème "Mobilité: qu'est ce qui se tram à Tours?"
Selon Ludovic, on y abordera l'A10bis, le périph', le tram-train.
Croyez-vous vraiment qu'on y encensera l'A10bis et le tout-voiture? Allez y voir...

2. Le canal a eu des graves conséquences et vous êtes aveugles.

Qui parle de remettre un canal? La vélorution a t-elle été radicale sur ce point? N'avons-nous pas mis un point d'interrogation derrière cette soi-disant affirmation?
Pourquoi un canal? pourquoi pas une coulée verte? Pourquoi pas autre chose? Le débat est ouvert là aussi et nous n'avons jamais voulu imposer un schéma. On a quand même le droit d'y réfléchir parce que:
l'idée d'une conséquence néfaste du canal sur les inondations à Tours est une idée fausse.
L'inondation de 1856 (la pire) a vu le Cher déborder le 2 Juin à Rochepinard (rupture de la levée) inondant une partie de St Pierre et de la Ville Aux Dames. Le 3 juin, une brèche céda à la gare du canal à 10 heures du matin inondant une partie de Tours et de Saint Pierre. Dans la nuit du 3 au 4, c'est à la levée de Conneuil que la Loire fit aussi des siennes inondant les varennes de St Pierre et de la Ville aux Dames. C'est ensuite par la Riche que la Loire déborda à nouveau.

Alors? L'inondation de 1856? De la faute du canal Du Berry?
Tout est détaillé dans le fichier PDF que vous pouvez télécharger en cliquant ici.

Voilà! Repartons de l'avant pour de nouvelles aventures à vélo:
Le 1er mars, c'est du côté de la passerelle Fournier que les choses se préparent.
Le 15 mars, c'est une vélorution Carnaval dans les rues de Tours avec APNé (comme l'année dernière) pour clore leur semaine de l'environnement.

Avec nous, les vélos!!! Vite, vite!!!
C'est la fin du pétrole, préparez vos guiboles!!!
Repost 0
Published by velorutiontours - dans L'A10: une erreur urbaine
commenter cet article
4 février 2008 1 04 /02 /février /2008 17:11
Et nous, on pédale, on "trotinette", on "planche à roulettise", on "piétonne" en pensant à ces générations futures. L'action de dénonciation de l'A10 était bien l'occasion de mettre en lumière l'aspect aberrant de la pollution que cette autoroute génère en centre-ville.
Nathan, le petit vélorutionnaire en photo sur ce blog se rappellera un jour qu'il a participé à une action de sauvegarde de ses droits à respirer propre.

Le bruit, la fureur des autos, l'énervement de certains face à notre cortège coloré, bon enfant, avec des personnes de tous âges, à choisir... qui représente le mieux l'avenir pour Nathan?

La journaliste de La Nouvelle République qui est venue plusieurs fois couvrir nos actions vélorutionnaires ces derniers mois a très bien mis en valeur dans son article le message que nous souhaitions voir passer.


Cliquez sur l'image pour agrandir

Notre die-in était symbolique et non radical. Notre but n'était pas de casser l'A10 dès cette semaine mais bien de montrer que tout est possible en se basant sur ce que d'autres villes ont réalisées.

D'ailleurs, Cyrille (nouveau vélorutionnaire) expllque dans un courriel qu'une grande réflexion est à mener: où vont les camions de l'A10, d'où viennent-ils? Le ferroutage après analyse des flux n'est-il pas une partie de la solution?

Et les piétons? N'était-ce pas irréel de se ré-approprier pendant quelques minutes un espace qui nous est d'habitude interdit? Regardez tous ces piétons sur une zone interdite aux piétons:


Et ce die-in? Etait-il triste ou joyeux?



Pour cette opération, nous avons été attaqué sur 2 fronts:
- On nous a reproché de faire le jeu de l'A10bis. Franchement, vous croyez qu'un collectif vélorution dénoncerait une autoroute pour en favoriser une autre? On reviendra sur cette critique dans un prochain article. Notre collectif est large et on a du répondant pour les réflexions et l'alternative à l'A10bis.
- On nous a expliqué que l'ancien canal du Berry est responsable des inondations de 1856 et que vouloir remettre un canal, c'était irréaliste. D'abord, la vélorution n'a jamais exigé à retrouver l'ancien canal et si elle en a parlé, c'était bien pour se mettre dans une démarche de réflexion. Mais là aussi, on reviendra sur ce fait dans un prochain article.
 
Qu'on se rassure! Nous en étions à la 29ième vélorution. On a dépassé le stade de la rêverie: Nous avons été aux studios et des choses se sont concrétisées, nous avons été deux fois à la gare et des choses se sont concrétisées, nous avons été au champ girault et des choses se sont concrétisées, nous avons été sur l'avenue Pompidou et des choses se sont concrétisées.
Nous n'avons pas été à l'origine de toutes les solutions mais on a fait ce qu'il fallait pour penser pouvoir faire avancer le débat.
Et notre formule, c'est l'action par le rire, le partage, la couleur.

Vive la VELORUTION :


Les photos illustrant cet article nous ont été fournies par Olivier.
Repost 0
Published by velorutiontours - dans L'A10: une erreur urbaine
commenter cet article
3 février 2008 7 03 /02 /février /2008 18:40
Eh oui, le mois prochain on fête les 30 bougies et ça n'est pas rien. En presque 30 mois, nous aurons vu passer des centaines de personnes qui ont pédalé sous le drapeau Vélorution, nous avons drainé des milliers de sympathisants et nos frontières vont plus loin que la Touraine:
Rien qu'hier, nous avions avec nous des gens de Nantes, du Mans, de Blois et de Bordeaux.

N'épiloguons pas plus sur la non-présence de la police lors de cette action. En presque 30 vélorutions, notre collectif s'est toujours débrouillé sans et on l'a encore montré hier alors que nous attendions la présence pourtant acquise de la police. Il ne faut finalement compter que sur nous-mêmes pour avancer.
Comme on dit à Vélorution Montréal: "Envoye, on avance!!"

Les illustrations photos de cet article sont issues du travail de Benoît, qui faisait sa première vélorution hier.
N'hésitez pas à nous envoyer vos photos, vous-aussi.


La vélorution envahit la bretelle d'autoroute A10. A l'assaut de la pollution, du bruit et du tout-auto.


Le monocycle de Manu: plus qu'un symbole!!!


Die-in sous les sons d'ActSounds, moments indéfinissables.

Notre action était abordée dans la NR aujourd'hui. On devrait avoir un article plus gros dès demain:


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Historisons nos actions. Qu'avons-nous fait en février 2007? La réponse est là:
Février 2007: parce qu'on est pas des crêpes.


Repost 0
Published by velorutiontours - dans L'A10: une erreur urbaine
commenter cet article
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 18:46
Oui, on l'a fait. On s'est couché sur la route devant tous les médias présents et on a fait passé notre idée:
L'autoroute A10 en coeur d'agglomération est une aberration visuelle, sonore et polluante.


Des raleurs diront que nous l'avons fait, mais pas comme prévu au départ. C'est vrai: un blocage total de la bretelle était dans nos plans et une présence policière avait été demandée pour cela. La préfecture nous a confirmée mais une fois sur le tas, personne, pas un uniforme. Donc, la vélorution a improvisé, tant bien que mal, selon l'avis de chacun.

Vélorution est un collectif qui possède des personnes qui s'impliquent mais qui n'a pas de chef clairement désigné. La vélorution est donc un collectif qui, un 2 février de l'an 2008, a drainé près de 70 personnes dans une aventure folle: s'allonger sur une des voies d'accès à l'autoroute A10.

Vélorution Tours n'est pas parfait et ne repose pas sur Soff, Marie-Andrée ou Alain. On pourrait tout aussi bien parlé de Pierre qui a montré aujourd'hui de grandes qualités dans l'organisation de la sécurité. Manu, Félix, Coline, Olivier, Léo, Carole et tous les autres... Même ceux qui sont venus de Nantes et du Mans comme cela a été le cas pour cette vélorution exceptionnelle. Nous sommes la circulation, nous sommes la solution, nous sommes la vélorution.

A venir, photos et vidéos. On vous laisse déjà découvrir celle-ci:



Si vous aussi, vous avez des photos de cette vélorution, n'hésitez pas à nous les envoyer. Les mettre en format 1024x768 svp.
Repost 0
Published by velorutiontours - dans L'A10: une erreur urbaine
commenter cet article
1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 16:26
On peut considérer les antivoitures comme des pauvres types, comme des gens d'un autre siècle, comme des nuisibles à la liberté. C'est la tendance générale de ceux qui ne veulent rien changer. Mais on peut surtout considérer les antivoitures comme des gens éclairés, en avance sur leur temps et avides de faire partager leur idées.

Le site antivoitures, depuis que nous avons lancé notre projet de dénonciation de l'A10 a été une grande source de renseignements.

A la veille d'une action que nous avons légèrement recadrée hier soir devant un verre avec Alexandra d'ActSounds ainsi que Soff, Marie-Andrée et Alain de Vélorution, saluons le travail journalier de Marcel, qui s'occupe du site antivoitures et remercions le pour l'appui qu'il nous apporte.

Antivoitures c'est:



aux autoroutes urbaines.

Et c'est un grand soutien apportée à Véloution Tours et Vélorution Paris par de très bons articles comme celui-ci
Vélorution contre les autoroutes !
ou celui-ci:
Vélorution à Tours contre l'autoroute A10
ou celui ci:
Pour en finir avec les autoroutes urbaines
ou encore celui-là:
Pollution de l'air: alerte aux micro-particules.

Pour demain, nous avons eu confirmation de la présence du journal "La Nouvelle République" et de la télé locale "TV Tours".
Repost 0
Published by velorutiontours - dans L'A10: une erreur urbaine
commenter cet article
30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 17:30
Elles défigurent les villes, polluent les poumons, abrutissent les oreilles et détruisent les quartiers environnants.

Vélorution Paris confirme. Leur association soutient Vélorution Tours dans sa démarche de dénonciation des autoroutes urbaines en général et de l'A10 en particulier à Tours.
Comme nous, le samedi 2 février, Vélorution Paris terminera son action par un die-in.

Communiqué presse de Vélorution Paris:

Gel des autoroutes : Le Grenelle l’a promis, le gouvernement ne le fera pas...

Alors que le Président de la République a annoncé en octobre un arrêt des constructions autoroutières, chaque semaine apporte une nouvelle preuve que cette promesse ne sera pas tenue. A10 (Tours), A35 (Strasbourg), A61 (Toulouse-Narbonne), A65 (Langon-Pau), A104 (Ile-de-France), RN13 (Neuilly) : chacun de ces projets absurdes écologiquement sera maintenu, une nouvelle "bonne raison" étant à chaque fois trouvée pour les justifier.

Pourtant, le choix autoroutier est une impasse connue : chaque nouvelle "bretelle de délestage" est un « aspirateur à bagnoles » et génère de fait une augmentation du trafic motorisé et des nouveaux engorgements encore plus importants. En matière de transport, l’offre crée la demande. Pour réduire les pollutions, les nuisances et les dangers liés aux transports motorisés, il faut réduire la surface de voirie dédiée à ces modes de déplacement.

Pourtant, une grande ville moderne peut se réinventer et se libérer de la domination automobile en renonçant à ces autoroutes qui déchirent leur tissu urbain. A Séoul notamment, une autoroute urbaine (trafic journalier de 160 000 véhicules) a été détruite pour faire renaître un ancien canal "tué" par cette construction autoroutière.

Samedi 2 février 2008, Vélorution Île-de-France et Vélorution Tours, en association avec le site http://antivoitures.free.fr manifesteront contre la poursuite du programme autoroutier et pour une réduction effective des transports nuisibles, polluants et dangereux. Partant de la place du Châtelet (Paris 1er) à 14h, la Vélorution d’Île-de-France ira porte de Saint-Cloud pour souligner les catastrophes que sont les autoroutes dans la ville et aux portes de la ville. Au même moment, Vélorution Tours remontera le boulevard Heurteloup jusqu’à l’échangeur de l’A10. Les deux manifestations seront ponctuées par un die-in.

Soyez les acteurs d’une mise en scène festive contre « les autoroutes urbaines, aberrations au cœur des villes ».

Repost 0
Published by velorutiontours - dans L'A10: une erreur urbaine
commenter cet article
29 janvier 2008 2 29 /01 /janvier /2008 18:50
Alerte!!! Alerte!!!
La Nouvelle République dans son édition d'aujourd'hui nous informe d'une journée de pollution aux micro-particules. Et elle définit le coupable: les conditions météo des derniers jours.


cliquez sur l'image pour agrandir.

FAUX:
C'est la circulation automobile le plus gros des coupables, pas la météo qui n'a jamais polluée personne. Ne confondons les vraies causes avec les environnements favorables.L'article de la NR ne cible pas assez ce point.

L'A10, par son trafic, nous inonde de micro-particules. Mais personne ne pointe du doigt l'autoroute. Ni la NR, ni les élus. Pensez-donc, remettre en cause ce qui est supposé être (dans l'inconscient collectif) la modernité...

C'est pourtant le site antivoitures (qui nous soutient pour notre prochaine vélorution) qui se montre le plus expert sur ce sujet:

"L'air est saturé de microparticules, de minuscules poussières appelées PM 10 (car mesurant moins de 10 microns) issues principalement des moteurs diesel. Cette pollution, aux conséquences dangereuses sur la santé, aurait été sous-estimée voire totalement négligée par les autorités françaises. "Pire, l'Etat a évité de communiquer sur le sujet" d'après Linda Bendali.

En France, les microparticules n'inquiètent pas les autorités, malgré des chiffres effrayants : Airparif (association qui surveille l'air francilien) a admis que le seuil des 50 mg/m3 de particules fixé par l'Organisation mondiale de la Santé avait été, en moyennes journalière, dépassé 67 fois dans sa station de mesures du XVIe arrondissement, 97 fois sur l'autoroute A1, 40 fois sur les Champs-Elysées et 75 fois sur le boulevard périphérique."

La fête continue: les IKEA, les A10bis, les périphériques Est, tous ces projets polluants si chers à nos "élites" locales tellement hypnotisées par la bagnole qui nous ronge les poumons qu'ils proposent de "renforcer la visibilité de Tours sur les autoroutes" (page 13 du programme de RDDV).

Ils sont fous, ils ne tiennent pas compte des dangers et bientôt, ils nous diront:




Alerte!!! Alerte!!! Les micro-particules tuent, selon la commission européenne, 350 000 personnes chaque année en Europe et ils ne font rien:

Repost 0
Published by velorutiontours - dans L'A10: une erreur urbaine
commenter cet article