Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : le blog velorutiontours
  • : le vélo : avenir de l'humanité actuellement en pleine expansion. le cycliste aventurier de la rue reprend sa place.la vélorution expression mensuelle de l'avenir de la rue...et en plus le il milite pour la qualité de son cadre de vie où toutes les atteintes néfastes sont dénoncées au profit d'une proposition de vivre ensemble de façon harmonieuse.
  • Contact

PROCHAINE VELORUTION 6 juin organisée par Roulement à bill (voir leur site)

Recherche

Archives

12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 17:27
Entre voitures et mannequins, Palexpo fait déjà salle comble
Par Marc-Henri Jobin, Genève. Mis à jour le 06.03.2012

L'édition 2012 du Salon de l'Auto n'a pas encore ouvert ses portes au public que les salles sont déjà noires de monde. Journalistes et officiels se disputent la place entre voitures et mannequins pour voir et être vus.

1/22 Mardi matin, tout était déjà prêt au sein de Palexpo pour accueillir les représentants des médias et pour la présentation des grandes «premières mondiales».
Marc-henri Jobin

Galerie Photos

Salon de l'Auto de Genève: les révélations du passé

Salon de l'Auto de Genève: les révélations du passé
Le Salon de l'Auto de Genève a toujours été une fantastique tribune pour les constructeurs. Rappel des nouveautés qui ont fait grand bruit dans les années 50-80.

Le Salon de l'Auto de Genève reste un incroyable aimant sur lequel vient se coller tout ce qui compte dans l'industrie automobile mondiale. Pas moins de 180 «premières mondiales» seront dévoilées les unes après les autres mardi et mercredi, avant que des centaines de milliers de visiteurs viennent les voir, à leur tour, du 8 au 18 mars.etc.

 

POUR RAPPEL, LE MEILLEUR DEPLACEMENT, C'EST à PIED OU A LA RIGUEUR LE VELO MAIS CERTAINEMANT PAS LA VOITURE même VERTE

Repost 0
Published by velorutiontours - dans Voiture - mon amie
commenter cet article
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 22:56
  
> La Velorution de Tours a le bonheur de vous annoncer que nous venons de
gagner 40 ans de progrès en quelques jours !
En effet, le pic pétrolier prévu pour 2050 est anticipé cette semaine

grâce aux forces du progrès de nos dirigeants.
Déjà, ils nous permettent
favorablement d'envisager le futur aujourd'hui, en nous contraignant à
nous organiser pour nous déplacer différemment :
> on avance, on avance, on n'a pas besoin d'essence!
Etre déjà demain maintenant, c'est regarder les horaires de train ou de

bus (pas de tram encore, il faut d'abord détruire des arbres), retaper son

vélo (ou l'autoréparer avec Roulement à Bill samedi*), l'équiper de

lumières parce que c'est important d'être bien vu le soir,
> on avance, on avance, on n'a pas besoin d'essence!
Chercher des solutions pour réduire les déplacements, se dire qu'on ferait

mieux de trouver un boulot proche de chez soi (hein, soff?), peut-être
même acheter des produits locaux, marcher, travailler moins...
> on avance, on avance, on n'a pas besoin d'essence!

Et puis pourquoi chercher à développer la voiture "verte écologique" si

déjà on s'habitue à circuler différemment, pourquoi remplacer la voiture
thermique par la voiture atomique?
> on avance, on avance, on n'a pas besoin d'essence!
Alors c'est vrai, c'est chiant d'être contraint parce que des gens

défendent des droits et bloquent les raffineries, les distributions pour
avoir une retraite correcte pas trop tard. Mais
notre trop cher gouvernement
ultramoderne nous offre une réelle opportunité de progresser en essayant

juste quelques jours de vivre l'avenir; Merci qui?...
> on avance, on avance, on n'a pas besoin d'essence!
Pourtant c'est bientôt les vacances scolaires, les grands départs pour

ceux qui en ont les moyens, c'est déjà les catalogues de Noël et la proche

débâcle consommatoire de fin d'année.
Alors, il va falloir revenir à nos
rétrogrades habitudes de l'automobile... en attendant "demain"

> *http://roulement-a-bill.asso.st/ 27b22b34-366b-11dd-a063-3c44112a7acc.jpg

 "le pic pétrolier prévu pour 2050" Vous avez certainement oublié de vous relire : le pic de production du pétrole selon l'ASPO a déjà été franchi, est en train de l'être ou le sera dans quelques petites années. En 2050 il ne restera que des miettes de pétrole d'après les prévisions. L'explosion des coûts aura lieu bien avant, à mon avis une énorme crise énergétique nous pend au nez avant 2020. Amicalement, B.

Réponse VelorutionTours
vous avez farpaitement raison et c'est pour cela que j'ai mis un titre à 2020 et un texte à 2050 ! Mais il se trouve que nous ne sommes pas préparés à cette révolution silencieuse qui bouleversera tout notre mode de vie :
Un frangin à l'autre bout du monde = renoncer à le voir jamais ou au prix du temps de voyage considérable;
Un job intéressant à 45 km ? et Pôle Emploi ne fera plus c...pour vous l'imposer;
Les nantis auront des voitures électriques voire pire et les autres si nombreux iront en transport en commun... etc.
Je vous refais pas du Illitch, je suis persuadée que vous connaissez (sans quoi je vous invite à le lire) est-ce un retour en arrière, un progrès?
Je crois qu'on ne devrait même pas se poser cette question-là en
ces termes.
En tout cas, j'adore ces moments où je suis contrainte de revoir mon
modede vie de tout au tout...Par exemple j'imagine que ma retraite à 67 ans, je la ferai...à pied !

 

 

Repost 0
Published by velorutiontours - dans Voiture - mon amie
commenter cet article
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 17:33
Depuis ce matin, on nous bassine avec des ventes de voitures en hausse pour l'année 2009. Vous parlez d'une info...
Combien de morts, de blessés, d'embouteillage, de pollution, de santé publique qui se dégrade à cause de cet engin à 4 roues qui fait bondir toute la presse dans une euphorie débile dès qu'il s'en vend un peu plus?

Une euphorie ridicule car:
1. les ventes d'autos ont été désastreuses en 2008 et début 2009. Elles n'avaient finalement aucun mal à aller un peu mieux surtout quand nos impôts nous paient des bagnoles. En effet, sans prime à la casse, les ventes de voitures n'auraient pas vraiment reprises. Qui paie donc ces primes à la casse? Ben nous. Gros ânes que nous sommes. Nous sommes fiers d'avoir une ristourne sur notre engin à 4 roues, ristourne que nous nous sommes auto-financés. Y'a de quoi être morts de rire, non?
2. A qui profite la chose? A la mondialisation tout simplement. car on peut se targuer de bons résultats pour les constructeurs français qui n'ont de français que le nom: leur usines tournent en Turquie, en Slovénie, en Pologne, en Espagne et plus tellement en France. Nous auto-finançons nos primes à la casse, mais nous auto-achetons le travail de l'extérieur en faisant Cocorico. Morts de rire, non?

A lire, trois commentaires sur le site "les échos", article "le miracle automobile"

Commentaire 1:
Patron d'une petite PME qui travaille dans l'automobile, nous ne livrons plus aucun site en France. Tout est parti en Slovénie, Turquie, Tchéquie, Slovaquie, Roumanie, et ça continue !
Notre auteur Daniel Fortin fait certes un constat réaliste mais ne met pas suffisamment en lumière les conséquences dramatiques sur le sort de "l'armée des ombres", cette myriade de sous-traitants. Certains ont connu -50% voire -60% de CA en 2009 avec pour conséquences redressements judiciaires et liquidations = licenciements ! Pendant ce temps, nos constructeurs "français" touchent leurs primes et continuent leur travail de sape: baisse de prix des sous-trai, demande de délocalisations, arrêt pendant 6 mois puis reprise pour faire en 2 mois là où il en faut 4 ! Cette pratique de "l'élastique" bien connue mais jamais dénoncée va bientôt connaître sa limite : A force de trop tirer sur l'élastique, l'élastique va leur péter à la gueule !


commentaire 2:
De par ma profession je connais assez bien les pratiques de nos constructeurs qui sur les prix étranglent les équipementiers.
Si il y a un miracle ce n'est pas en France qu'il aura lieu,tout est fait pour bousiller l'industrie automobile française, nous aidons nos constructeurs à délocaliser, ce qui entraine la disparition des sous traitants ou l'obligation de délocaliser si ils veulent survivre.
En plus, il convient d'ajouter que le fait de fabriquer à faible coût n'est pas un gage de qualité et encore moins de fiabilité, les nombreux problèmes dont sont victime les clients engorgent les services après vente des constructeurs et coûtent une fortune en interventions lorsque les constructeurs veulent bien assumer leurs erreurs, ce qui n'est pas toujours le cas.


Commentaire 3:
Il est remarquable de noter le cocorico d'honneur accordé à une industrie qui pollue, qui est accusée de tous les maux, qui produit l'ennemi N°1 le CO2 en masse, on peut conclure que tant qu'il y a des brouzoufs, on applaudit, c'est très déprimant.
Il y a belle lurette que la plupart des véhicules français ne sont plus fabriqués en France, pas seulement les "petits" véhicules bas de gamme, Peugeot légendaire pour sa solidité à toute épreuve, fait fabriquer ses automobiles un peu partout en Europe, par exemple en Espagne.
Le regain qui a provoqué ce cocorico est du essentiellement aux primes accordées, rien d'autre, le reste n'est que le bluff habituel.


Et pour finir, pendant que nos chers industriels que nous adorons délocalisent, pressurisent les sous-traitants et se font des pépettes à tous les niveaux, devenez qui va payer la taxe carbone? Eux? Non, nous.

http://portrait.sebrieu.com/public/Dessin%20du%20jour/dessin%20du%20jour%202008/Octobre/.6_octobre_2008_-_renault_-_sebrieu_m.jpg

Toi, l'heureux propriétaire d'une clio fabriquée en Slovénie, toi qui a fait rouler des dizaines de camions de livraison, n'oublie pas de payer la note dès le 1er janvier. Pendant ce temps-là, Carlos Ghosn se paiera des vacances en or. Il en a bien besoin. Après tout le lobbying qu'il aura fait tout au long de l'année pour te pomper ton fric grâce à la prime à la casse, il le mérite.

http://velorution.canalblog.com/images/no_future.gif
Repost 0
Published by velorutiontours - dans Voiture - mon amie
commenter cet article
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 15:45
Cet article va choquer et c'est son but:

- Juillet 2009: près de 400 morts dûs à la voiture mais on se réjouit car c'est moins que d'habitude. Faut-il se réjouir parce que 400 c'est moins que 401?
- Samedi 15 aout: 5 morts sur la route des vacances. On parle de samedi noir. Remet-on en cause l'auto? NON. Dommage.
- Samedi 15 Aout toujours: une dame traverse un passage piéton avec sa fille de 18 mois dans la poussette. Une voiture fauche la poussette. Narbonne annule toutes les festivités prévues pour ce 15 Aout. Arrête t-on la production des autos puissantes? NON. Institue t-on une journée sans auto? NON. On annule un feu d'artifice et les concerts. Mais n'arrêtons pas les voitures!
- Chaque année, on dresse et on établit des records de bouchons pour les départs en vacances. Les médias associent-ils ces tristes records à la pollution, à la perte de temps, à la consommation d'essence? Que nenni, ils sont contents. C'est un record. Point. Rien à dire de plus. Ils associeraient presque çà au PIB, à la croissance éternelle, au bonheur de la vie moderne. Ils annoncent même cela avec le sourire. Comme si c'était rigolo en soit...

Chaque jour, la voiture tue, mais aucun média ne la remet vraiment en cause. Chaque jour, on produit des voitures totalisant un nombre de chevaux démentiels. Chaque jour des voitures sortent des usines avec  la capacité de pouvoir rouler bien au delà des limitations de vitesse en vigueur.
Chaque jour, l'industrie automobile affiche des pubs avec des taux de Co2 ou de consommation qui sont faux car les revues automobiles arrivent à montrer que ça ne correspond pas à la réalité.
Chaque jour, l'industrie automobile est donc au dessus des lois et on laisse faire tranquille pèpère car "ma voiture, c'est ma liberté".

On ne remet pas en cause l'auto mais on dénigre le vélo à tous les coups. Citons à ce sujet, le président de la Fubicy:

La Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUBICY) proteste contre le dénigrement régulier dont sont victimes les cyclistes, et rappelle que le vélo contribue à améliorer la sécurité routière.

L’utilisation du vélo dans les déplacements urbains augmente fortement dans notre pays et il devient un moyen de déplacement efficace et incontournable. Un nombre croissant de collectivités locales l’ont bien compris et renforcent aménagements et politiques cyclables. Les nouvelles mesures réglementaires pour créer des zones de circulation apaisée (décret du 30 juillet 2008), témoignent que la prise en compte par l’Etat, du cycliste, s’améliore.

La bicyclette n’est pas un mode de déplacement dangereux

Contrairement à des idées fausses trop souvent reprises la bicyclette est un mode de déplacement qui n’est pas dangereux, même si cyclistes et piétons sont plus vulnérables dans le trafic. En 2007 la baisse du nombre de cyclistes tués est de 21,5% par rapport à 2006 (passant de 182 à 142), et représente la plus forte amélioration de tous les modes de déplacements. Par rapport à 2000, la baisse est de 48%. Quant au nombre de cyclistes blessés, il reste stable, autour de 4500 personnes par an depuis 2005 et pourtant, les déplacements à vélo ont augmenté, stimulés par le développement des vélos en libre-service.

Rouler à vélo en sécurité

Pour protéger les enfants et les jeunes de nombreuses initiatives ont lieu pour que les cyclistes apprennent à rouler en sécurité. Mais pourquoi attribuer au vélo les accidents de jeunes, alors qu’ils se produisent surtout en voiture et en deux roues motorisés ? En 2007, sur 364 jeunes de moins de 18 ans décédés suite à un accident de la route, 155 l’ont été en voiture, 122 en deux-roues à moteur 51 à pied et seulement 17 à bicyclette (source : ONISR Bilan 2007). Il faut le dire aux jeunes, à leurs parents et aux adultes : se déplacer à vélo n’est pas dangereux si le cycliste prend bien sa place et surtout si les véhicules motorisés roulent moins vite et intègrent dans leur comportement que la voirie est faite pour tous. Baisser la vitesse des voitures en ville est une nécessité. Le risque du vélo est créé par les véhicules à moteur : éduquons leurs conducteurs.


Pour la FUBicy, Christophe Raverdy, Président


Repost 0
Published by velorutiontours - dans Voiture - mon amie
commenter cet article
15 août 2009 6 15 /08 /août /2009 15:49
Décidément, ça va mal pour la F1.

Après Honda, c'est BMW qui abandonne la F1 et maintenant l'Afrique du Sud estime avoir mieux à faire qu'à promouvoir la F1.
L’Afrique du Sud a décidé de ne pas organiser de course de Formule 1 à l’avenir.

 

Au début de l’année, la société Motor Company Gauteng Sport, lancée par le gouvernement provincial, avait engagé les services d’un analyste indépendant afin de faire une étude sur l’impact économique que pourrait avoir le sport automobile dans cette région.

L’Afrique du Sud voulait récupérer la F1 qu’elle avait perdu en 1993.

 

Malheureusement, l’étude ne semble pas si bonne. Le ministre du développement économique de Gauteng, Firoz Cachalia estime qu’au lieu de cela, il serait préférable d’utiliser cette argent pour créer des emplois. Bernie Ecclestone ne va pas en rester là et va tenter de convaincre le gouvernement.


LA F1, moteur de l'innovation? Foutaises...

 

L’ABS (Antiblockiersystem) ou système d’anti-blocage de la roue au freinage est inventé pour l’automobile par Gabriel Voisin en 1920 à partir d’un système appliqué jusqu’alors à l’aéronautique.

En 1936, BOSCH dépose un brevet d’invention.

La première application est faite sur un véhicule de série «  la Jensen FF » (1966).

L’ABS, comme les autres aides électroniques à la conduite en F1 seront interdits par le règlement de la FIA en 1995.


Les Quatre roue motrices La Mitsubishi PX33 de 1933 fut notamment la première voiture japonaise à 4 roues motrices équipée de ce procédé.

Utilisé en 1968 dans la F1, pour faire face à la montée croissante de la puissance (plus de 400 CV), le procédé des quatres roues motrices sera rapidement abandonné.

 

Moteur turbo compressé • En 1905 le brevet du turbocompresseur a été déposé par l’ingénieur suisse Alfred Büchi. • Une de ses premières applications a été un moteur Renault propulsant un avion de chasse pendant la Guerre 1914-1918 par l’ingénieur Auguste Rateau.

Cette innovation fût introduite par RENAULT en 1977 en F1.

RENAULT introduisit le turbo en essence sur la FUEGO en 1983 et en diesel en 1988 sur la R19.


Le KERS. (Kinetic Energy Recovery System) • Système de récupération de l’énergie cinétique au freinage.

C’est un procédé très connu et très ancien dans l’électricité (principe de la dynamo) qui consiste à utiliser la déccélération d’un engin en mouvement pour transformer l’énergie cinétique en énergie électrique grâce à la capacité de rétroversion du moteur électrique.

L’électricité ainsi créée va être stockée dans une batterie et réutilisée ensuite par le moteur électrique dans les phases d’accélération.

TOYOTA utilise déjà ce procédé sur les véhicules hybrides de série PRIUS depuis 1997.

MATRA le commercialise également sur des vélos électriques.

Introduit en optionnel par la FIA en 2009, l’objectif du KERS en compétition est d’apporter un surcroît de puissance (80 CV) sur un laps de temps très court (6s).

Ce dispositif ne fait pas l’unanimité parmi les équipes en compétition puisque optionnel et rajoutant du poids et de la complexité dans le véhicule.


Le DOWN SIZING • En mécanique, le downsizing désigne un ensemble de procédés visant à réduire la cylindrée d’un moteur, sans dégrader la puissance finale, donc en augmentant la puissance spécifique, dans le but de réduire la consommation de carburant. Le terme provient de l’anglais que l’on peut traduire par « réduire la taille ».

Ce procédé est employé par tous les constructeurs automobiles (dont RENAULT et PSA) sur les véhicule de série depuis une dizaine d’années .

Le GMPA (Groupement des constructeurs automobiles) n’envisage pas le déploiement de cette technologie avant 2012 en Formule 1.

 

LA F1, c'est finalement tout juste bon à tourner en rond pendant des heures, gaspiller le pétrole, et exploiter l'image de la fille facile.

 

 

Repost 0
Published by velorutiontours - dans Voiture - mon amie
commenter cet article
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 19:16
D’après les chiffres publiés le 9 juin par l’Union française des industries pétrolières a publié des chiffres montrant que la consommation de carburant a chuté de 4 % sur les cinq premiers mois de 2009, après avoir baissé de 5 % au second semestre de 2008.

Plutôt sympathique car cela prouve que les gens se tournent vers les alternatives, dépensent moins dans leur réservoir, polluent moins.

Sympathique pour un vélorutionnaire ou pour tout citoyen sensibilisé à certaines choses, mais "préocuppant" pour un pétrolier.

« La situation est tout simplement préoccupante », souligne Jean-Louis Schilanski, président de l’Ufip, expliquant notamment que les Français ont changé leurs habitudes - ils roulent moins et moins vite -, et que le ralentissement économique a eu un impact sur les transports, qui consomment 60 % du gazole vendu en France.

Ces gens sont décidément bien lamentables...

Repost 0
Published by velorutiontours - dans Voiture - mon amie
commenter cet article
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 09:18
N'en déplaise à certains, l'ère de la voiture s'achève, soit par les faillites, soit par le pétrole.
La mondialisation n'a qu'à bien se tenir et continuons de ne rien voir, rien faire, rien vouloir comprendre.

Saluons Jeff Rubin qui a eu de maintes fois raisons et qui continue d'énoncer:

La fin du monde (tel qu'on le connaît) est proche

(Montréal) Jeff Rubin, en plus d'être l'un des économistes le plus en vue au pays, est un rebelle, comme le confirme sa récente démission de la CIBC, après 20 ans de service. La raison: la publication d'un livre sur l'imminence du prochain choc pétrolier, que la banque refusait de cautionner. Entrevue autour d'une prédiction... qui ne laissera personne indifférent.


Les vacances en Europe, les vins australiens, les fraises en hiver, vous devrez bientôt faire une croix sur ces petits plaisirs ainsi que sur vos longs trajets quotidiens en automobile, si l'on se fie à l'ancien économiste en chef de la CIBC, Jeff Rubin.

Celui qui avait prédit, contre vents et scepticisme, la hausse spectaculaire du prix du pétrole l'an dernier, prévoit cette fois que le baril s'échangera à plus de 200$ d'ici un peu plus d'un an. Si ce n'est plus tôt.

Résultat: le prix de l'essence dépassera les 2$ le litre, nos habitudes quotidiennes seront complètement bouleversées... et la mondialisation ne sera plus qu'histoire ancienne, conclut-il dans un livre coup-de-poing publié ces jours-ci, Why Your World Is About to Get a Whole Lot Smaller.

«Aujourd'hui, en plein milieu de la pire crise des 60 dernières années, le baril s'échange à un peu plus de 60$... Pas besoin d'un diplôme en économie pour imaginer combien il coûtera quand la récession sera finie, quand les gens retrouveront un emploi, quand ils recommenceront à conduire...»

 

À combien, justement? À 100$ dans les 12 mois suivant une relance économique, puis à 200$ d'ici 2012, estime-t-il.

Certes, la prédiction peut faire sourciller, venant d'un homme reconnu pour sa flamboyance et ses opinions tranchées. Mais elle est partagée par d'autres experts qui croient comme lui que la crise financière, qui se traduit actuellement par une baisse des investissements pétroliers, prépare le terrain pour de «futures brusques hausses des prix», selon les mots du numéro deux du Fonds monétaire international (FMI), John Lipsky.

Alors qu'ils dépassaient les 147$ en juillet dernier, qu'ils ont chuté à un peu plus de 32$ en décembre, les cours du pétrole dépassent aujourd'hui les 60$. «Il y a quatre ou cinq ans, observe Jeff Rubin, un tel prix aurait été considéré comme un record de tous les temps. Aujourd'hui, rien de plus normal...»


La fin du pétrole

 

Jeff Rubin est un disciple de la théorie du pic pétrolier (la production mondiale de pétrole atteindra son apogée puis amorcera un inévitable déclin) depuis un voyage en Irlande, en 2000. Il a alors discuté avec l'auteur de l'essai The Coming Oil Crisis, le géologue Colin Campbell, une rencontre qui ne l'a pas autant convaincu de l'épuisement du pétrole... que de l'épuisement du pétrole bon marché.

Or tout, souligne-t-il, de notre alimentation à notre lieu de résidence en passant par nos loisirs de tous les jours, est basé, précisément, sur le pétrole abordable.

«La raison pour laquelle l'économie mondiale a mis tous ses oeufs dans le même panier est simple, écrit-il dans son essai, il n'existe pas d'autre panier.»

D'où sa prédiction: l'économie s'apprête à vivre un choc historique, qui nous ramènera collectivement là où nous étions dans les années 60.

 

«Le monde sera de plus en plus petit, explique-t-il. Nous nous rapprocherons de nos communautés. Les identités régionales redeviendront importantes. Les industries du passé renaîtront de leurs cendres. L'économie de service sera remplacée par une économie de manufactures, de production.»

Le pétrole sera si cher, ajoute-t-il, que les cargos cesseront de faire l'aller-retour vers la Chine, les gens se rapprocheront de leur lieu de travail, ils quitteront les couronnes pour la ville, ils n'auront plus les moyens de traverser l'océan ni de consommer des poissons provenant de Norvège, etc.

«Aussi, au cours des 10 prochaines années, pas moins de 20% des voitures devraient disparaître des routes, prédit-il. Regardez l'autoroute Décarie et imaginez la disparition d'une auto sur cinq... La question se posera alors: y aura-t-il suffisamment d'autobus pour accueillir tous ces gens?»

Cela dit, Jeff Rubin ne croit pas que tout cela soit une mauvaise nouvelle en soi. Nos vies seront plus simples, mais aussi plus ancrées dans leur milieu, dans leur environnement. Elles ressembleront, en fait, à la vie des Européens, illustre-t-il, qui roulent depuis longtemps avec de petites voitures, résident dans d'étroits logements et se déplacent en train.

 

Ajoutons à cela les bénéfices qui accompagneront à son avis ce bouleversement, que ce soit le retour des usines et des manufactures au Canada, la renaissance de l'industrie de l'acier ou le renouveau agricole.

«En fait, les contrecoups, ce sont davantage les populations du Sud qui les vivront, en raison de la fin des exportations. Quand l'Occident se serre la ceinture, il étrangle habituellement les pays du tiers-monde», observe-t-il.

 

 

Jeff Rubin

 

Né en août 1954, Jeff Rubin a grandi à North York, en Ontario. Diplômé des universités de Toronto et McGill, il a commencé sa carrière dans les années 80 au sein du ministère ontarien des Finances. Recruté par Wood Gundy en 1988, il est employé de CIBC Marchés mondiaux depuis la fusion des deux entreprises. En 1989, il fait sa première prédiction controversée: les prix de l'immobilier chuteront de 25% à Toronto, lance-t-il juste avant que le marché ne s'effondre effectivement. Une dizaine d'années plus tard, il annonce à un parterre de pétroliers albertains incrédules que le prix du baril dépassera bientôt les 100$, faisant mouche encore une fois.


http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/macro-economie/200905/28/01-860553-la-fin-du-monde-tel-quon-le-connait-est-proche.php
Repost 0
Published by velorutiontours - dans Voiture - mon amie
commenter cet article
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 19:05
Disons plutôt la fin de l'auto telle qu'on la connait.

Pour s'en convaincre, voici la retranscription d'un éditorial du journal "les échos":

Auto : une double révolution
[ 02/06/2009 - 10h03 ]

Révolution dans l’automobile américaine et européenne ce week-end. Une telle succession d’événements est rare en si peu de temps. En quatre jours, il y a eu quatre faits majeurs.
Le premier, c’est la décision du gouvernement allemand de remettre les clés d’Opel à un consortium canado-russe. La seconde, c’est la direction de Chrysler confiée à Fiat. Le troisième, c’est la faillite officielle, hier, de General Motors, GM, dont les marques ont tellement marqué le monde, Buick, Cadillac, Chevrolet. Et le quatrième événement, c’est le changement de pilote, ce matin, chez PSA Peugeot Citroën.

JPG - 96.4 ko

Ce qui est frappant, c’est qu’il s’agit à la fois de la fin d’une époque et d’un certain nombre de tabous.
C’est d’abord une histoire qui prend fin - en tous cas à court terme - celle qui associe l’automobile américaine au succès, au rêve. Depuis quelques années, elle va d’échec en échec. La page de la supériorité américaine, qui a marqué le vingtième siècle dans ce secteur, est peut-être tournée. C’est aussi la mort d’une certaine forme de capitalisme, y compris dans les modes de production, qui n’a pas su s’adapter à la concurrence et aux aspirations des clients. Pourquoi la fin de tabous ? En 2008, un premier tabou était tombé, celui de la place de numéro un mondial de General Motors, battu par Toyota après 77 ans de règne. Il y a trois mois, un autre tabou était tombé, cette fois en Chine, où il y a désormais plus d’immatriculations de véhicules qu’aux Etats-Unis. Mais la nationalisation de GM est encore plus frappante. Cela confirme le pragmatisme des Américains, de Barack Obama bien sûr, mais aussi le rôle considérable de l’Etat qui dépense 50 milliards de dollars. A noter que la crise de GM est bien antérieure à la crise actuelle, et qu’on ne sait pas ce qui se serait passé il y a deux ans.

Si on parle de la France, c’est un autre tabou qui tombe, cette fois chez PSA. Dans une interview aux « Echos », Thierry Peugeot, qui représente la famille actionnaire et qui s’exprime très rarement, fixe la feuille de route de Philippe Varin, le nouveau patron opérationnel. Pour la première fois, il indique que la famille est prête à rapprocher PSA avec un autre constructeur. Lequel ? Hier, la Bourse a cru à un mariage avec Fiat mais c’est une vieille rumeur. En tous cas, PSA, une superbe entreprise, se sait trop petit et trop européen.

Le grand mécano ne fait donc que commencer.
Tout cela, ce sont de premières étapes. Il y en aura d’autres. Certaines seront douloureuses : tous les groupes, qui se sont complètement « plantés » sur les ventes de voitures et ont des surcapacités incroyables aujourd’hui, prévoient des suppressions de postes. Mais d’autres seront prometteuses aussi : il est difficile de savoir, à vrai dire on en doute un peu, si GM a encore un avenir, si Fiat arrivera à redresser Chrysler, mais des rapprochements, des fusions, vont avoir lieu, c’est sûr.

Reste à savoir quelle place aura la voiture demain.
Au niveau mondial, imaginer que la place de la voiture va reculer est une blague. Pour 1.000 habitants, il y a 800 voitures aux Etats-Unis, 400 en Europe et 24 en Chine. Il y a de la marge. En revanche, sa place et son statut dans les pays développés, au-delà d’évidences sur la voiture verte, est une vraie question.

Repost 0
Published by velorutiontours - dans Voiture - mon amie
commenter cet article
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 19:28
Le Musée national du sport (MNS) consacre l’exposition « A toute vitesse » aux courses automobiles de 1899 à 1949 ; quelque 80 pièces authentiques sont présentées jusqu’au 21 septembre.

Admirez le style du site: on y voit un vélo pour nous parler de bagnoles?
http://www.museedusport.fr/accueil.php?musee=sport&titre=Lexposition%20temporaire&id_rub=31&id_cont=33

A toute vitesse... Quel joli titre.... A toute vitesse avant qu'il n'y ait plus rien?




Avant qu'il n'y ait plus rien, il faut qu'on se dépêche
Se lever le matin, et retrouver la pêche
Tu les vois les tarés, tristes qui se réveillent
Ils ont le cœur fané, et le mauvais sommeil
Ils comptent les billets, ça leur courbe le dos
Ils ont beau se soigner, mais persistent les maux

Il ne restera rien, plus rien, pour les gens de demain
Ils n'auront que des miettes, contaminées peut-être.

On n'a plus de valeur, en fait on vaut plus rien
Comme un sourire moqueur, bien caché dans le coin
Tu les vois les tarés, tristes qui se réveillent
Le geste condamné à se finir pareil
Ils serrent des mains sales et ça leur salit la peau
Ils ont beau se soigner, mais persistent les maux.

Il ne restera rien, plus rien, pour les gens de demain
Ils n'auront que des miettes, contaminées peut-être.
Il ne restera rien, plus rien, pour les gens de demain
Ils auront beau lever la tête, finie sera la fête.
Il ne restera rien.

Mickey 3D
Repost 0
Published by velorutiontours - dans Voiture - mon amie
commenter cet article
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 22:19
Le salon international de la moto et du scooter de Paris, qui devait se tenir en octobre 2009, est "reporté à l'automne 2010" en raison de la crise économique, a annoncé jeudi Thierry Hesse, commissaire général du salon.

Youpi!!!

Pourquoi?

Parce que vivre près d'un grand axe ou d'une grande artère urbaine peut vite devenir un enfer de bruit à cause de ces engins. Nombreux sont leur conducteurs à faire des vroum-vroum turbulents et inutiles. Nombreux sont leur conducteurs à ne pas respecter les limitations de deux-roues. Surtout dans leur phase de redémarrage...

Regardez là:
http://moto.cled17.com/ : toutes les meilleures vidéos de motos.

Que voit-on? des wheelings, des chutes, des excès de vitesse... tout le meilleur de la moto?

Repost 0
Published by velorutiontours - dans Voiture - mon amie
commenter cet article