Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog velorutiontours
  • : le vélo : avenir de l'humanité actuellement en pleine expansion. le cycliste aventurier de la rue reprend sa place.la vélorution expression mensuelle de l'avenir de la rue...et en plus le il milite pour la qualité de son cadre de vie où toutes les atteintes néfastes sont dénoncées au profit d'une proposition de vivre ensemble de façon harmonieuse.
  • Contact

PROCHAINE VELORUTION 6 juin organisée par Roulement à bill (voir leur site)

Recherche

Archives

21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 11:21

Certaines personnes issues de la mouvance vélorutionnaire nous ont demandées de dénoncer le maudit périphérique qui se prépare dans la vallée de la Choisille. Ceci rentre dans la continuité de la dénonciation du tout-routier sur le pont de St Cosme, car ce pont est une pièce maitresse du dit périphérique.

Nous avons déjà évoqué à plusieurs reprises ce fameux périphérique qui se fout de la biodiversité (affaire des papillons), qui se fout de traverser des zones humides (vallée de la Choisille), qui se la jouait écolo à un certain moment par des grandes affiches 4x3 montrant des grenouilles, des fleurs et des voitures cohabitant sereinement sur un fond vert.

Nous vous proposons deux textes à lire et à diffuser pour démontrer que Tours en particulier et les instances politiques en général n'ont rien d'organes décisionnels qui ont compris les enjeux du XXIème siècle.
On peut communiquer sur le "développement durable" (les Zélus sont doués pour çà) mais il est plus difficile d'en maitriser les actions (les Zélus sont restés dans les idées du XIXème et XXème siècle).

Extraits de la 4ième partie d'un texte de Jean-Marc Sérékian (Un jardin de la France en Béton Armé) (1, 2 et 3)

L’Ordre nouveau est arrivé en région centre. Crucifiée et bientôt entièrement encerclée (3) de ses multiples réseaux et périphériques autoroutiers, la ville de Tours attend impatiemment son Tramway. Le désastre écologique a été ininterrompu pendant deux longues décennies et entre dans sa troisième (4). L’un des derniers massacres en date, de grand site naturel, a été celui de la Vallée de la Choisille. Le chantier a été imposé dans l’urgence et, mal évalué sur le plan hydrographique, il  s’éternise (5, 6)…
L’encerclement de la ville s’est totalisé dans son secteur nord ouest. Conformément aux procédures maintenant officialisées et bien rodées, le saccage du paysage et de l’environnement s’est fait sous les oriflammes du « Développement durable » et de l’aménagement « écolo-vert » du territoire. Alors qu’on détruisait la Vallée de La Choisille, Loutre et Cigogne étaient sur tous les prospectus de propagande publicitaire. Il était difficile de faire autant, en si peut de temps, pour asservir la ville et ses habitants au vacarme de la circulation automobile. Même le gouffre financier exorbitant n’a pas réussi à ralentir significativement le massacre et l’ampleur des grands chantiers. L’explication du désastre tient en quelques mots : Puissance de feu colossale des engins de chantier mais surtout Partenariat Public Privé et Parti de la Classe Politique Unifiée.


Réaction de Michel Bel sur la destruction de la vallée de la Choisille, envoyée au courrier des lecteurs de la NR. Non publié à ce jour.

Le préfet s’en va, la pollution reste
La promotion pour l’un,
la destruction du patrimoine pour les autres !

La Nouvelle République du 14 mai 2009 écrit: « Périph-A28 : l’Etat dit non ».
Ne vous fiez pas à cette déclaration préfectorale. Nous sommes habitués aux volte-face de l’Etat. En juillet 1978, en la personne du ministre Le Theule, l’Etat avait dit non au passage de la rocade dans la vallée de la Choisille. Le 22 juillet le journal L’espoir s’était fait l’écho de cette bonne résolution. Le 18 novembre 2005, l’Etat, reniant complètement sa parole, déclara, 27 ans plus tard, cette rocade d’utilité publique et programma, de ce fait, la destruction totale et irréversible de la vallée de la Choisille au détriment de la santé publique des riverains, en désaccord total avec la Charte de l’environnement qu’il venait de proclamer et de constitutionnaliser. Ce crime contre les droits de l’homme est signé par les ministres De Villepin, Sarkozy, Perben, Hortefeux.

Aujourd’hui le préfet Subremon vient de dire non au raccordement du périphérique à l’A 28. Bizarrement on apprend qu’il est soudainement muté. Nous savons que la Présidente du Conseil général est tout à fait favorable à la prolongation de cette voie express deux fois deux voies. Or cette prolongation, tout comme la construction de tout autre fuseau du tronçon Nord serait catastrophique car cette voie n’est pas un périphérique éloigné de la ville mais une seconde autoroute qui traverse l’agglomération de part en part du Nord au Sud. Cette infrastructure hyper polluante qui défie toutes les circulaires européennes et saccage le patrimoine mondial reconnu par l’UNESCO est une honte nationale. Les riverains en ont plus qu’assez de l’agression du bruit insupportable des travaux et des flux sonores incessants venant du pont de Saint Cosme qu’ils subissent depuis plus de trois ans bien que le périphérique ne soit pas encore ouvert à la circulation  - qu’en sera-t-il quand il passera plus de quarante mille véhicules/jour dans cette vallée avec une noria de camions de transit international! Ils en ont également assez du cynisme des élus locaux et nationaux qui non content de détruire le patrimoine  détruisent aussi la santé environnementale et la biodiversité exceptionnelle de ce site, avec une arrogance à nulle autre pareille, en toute impunité.

Le Conseil d’Etat qui est à la fois juge et partie, n’ayant pas voulu jouer son rôle protecteur, il ne reste donc plus aux citoyens après avoir fait appel à l’une des cours européennes dont le jugement se fait encore attendre, que la violence pour se défendre. Lorsqu’un Etat se met hors la loi et ne cesse de tromper les citoyens par des déclarations mensongères et des décisions néfastes, il ne reste plus que le recours aux voies de fait pour défendre les droits de l’homme bafoués notamment le droit à un environnement sain. La violence institutionnelle, qui se présente le plus souvent de manière larvée pour éviter d’être mal vue de l’opinion publique, appelle nécessairement la violence insurrectionnelle. C’est une loi sociologique imparable. Le crime appelle le crime. Qu’on se le dise ! Il aurait peut-être fallu y  penser avant. Les élus ne pourront pas dire qu’ils n’ont pas été prévenus. Depuis l’an 2000 les associations responsables les ont mis en garde. On ne prend pas ses semblables pour des demeurés et pour des parias éternellement. Un jour il faut payer l’addition et cela coûte parfois très cher. Dans le cas de la Choisille cela pourrait coûter très cher car l’humiliation et le mépris répétés ont attisé depuis longtemps le ressentiment.

Michel BEL. 15.05.2009 .G.R.E.P.A.T. (Groupe de recherche et de prospective de l’agglomération tourangelle)
michel.mb@wanadoo.fr


LE PONT DE ST COSME? L'ACTION CONTINUE:




Partager cet article

Repost 0
Published by velorutiontours - dans Passerelles
commenter cet article

commentaires

soff 21/05/2009 16:10

il est essentiel d'être le 6 juin à cette vélorution du point de vue de la fête du vélo : pour une circulation apaisée, pour des décisions d'aménagement du territoire cohérentes, pour que l'argent dépensé dans les infrastructures routières soit dirigé vers les circulations douces y compris le train (+vélo), le tramway(+vélo)la fête du vélo, c'est la fête du retour vers le futur !